La méthode agile en action: 10 minutes pour tout comprendre

Par |

Table des matières

Qu’est-ce que l’ « agilité » ?

Le terme « agile » désigne la capacité à conserver un mouvement fluide et sans entraves. Son but est de mettre en avant l’adaptabilité et la réactivité au changement – deux concepts importants dans cette approche.

Dans le domaine du développement de logiciels, par exemple, ceci indique un fonctionnement fluide du processus qui, dans ce secteur, représente une nouvelle approche du travail comprenant des points-clés particuliers.

La méthode agile est développée et s’applique principalement dans deux secteurs : le développement de logiciels et la gestion de projets.

La méthode agile de développement de logiciels est un terme générique qui regroupe un éventail de cadres et de pratiques qui reposent sur l’idée du développement itératif, dans lequel les prérequis et solutions évoluent grâce à une collaboration entre équipes auto-organisées et pluridisciplinaires. Ce processus permet à l’équipe de fournir de meilleurs résultats beaucoup plus rapidement. Les deux outils les plus utilisés sont Scrum et Kanban.

La direction de projets agile est basée sur le Manifeste Agile, qui émet l’hypothèse selon laquelle tout projet repose sur des personnes qui doivent collaborer parfaitement et dont les spécialités doivent être complémentaires. Il s’agit moins d’organigrammes que de réunir des professionnels et les encourager à trouver la méthode la plus efficace d’obtenir un résultat.

Lors de sa première mise en œuvre en 2001 dans le contexte du Manifeste Agile, le terme « agile » était principalement associé au développement de logiciels. Par la suite, la méthode s’est peu à peu étendue à d’autres secteurs et industries, et la gestion de projets agile est vite devenue un mode de fonctionnement prisé permettant d’aborder efficacement les changements constants d’un écosystème turbulent et incertain.

Le Manifeste Agile : 4 valeurs et 12 principes pour mieux s’adapter au changement et à la flexibilité

Lorsque le Manifeste Agile est créé en 2001, les 17 développeurs à l’origine de sa rédaction s’engagent à suivre les quatre valeurs suivantes :

1. Les individus et leurs interactions sont plus importants que les processus et les outils. Cette valeur affirme que ce sont les personnes qui conçoivent les outils et les tournent à leur avantage afin de faire avancer le développement.

2. Un logiciel fonctionnel est plus important qu’une documentation exhaustive. L’agilité ne nie pas l’importance de la documentation mais voit cette dernière comme un outil plutôt que comme un but en soi. Cette logique fournit donc aux développeurs les éléments nécessaires à leur activité sans pour autant les surcharger d’information.

3. La collaboration avec les clients est plus importante que la négociation contractuelle. La gestion de projets agile place les clients au cœur de tous ses processus, de l’étude de marché au déploiement, jusqu’à la livraison, afin de s’assurer que le résultat final corresponde à leurs exigences. Contrairement à cette approche, la négociation n’intervient qu’en amont du processus. Une fois que les deux partis – le client et le chef de projet – ont défini les détails de la commande, il est difficile d’y apporter des modifications.

4. L’adaptation au changement est plus importante que l’exécution d’un plan. Contrairement au développement de logiciels classique, qui n’intégrait pas le concept de changement et se focalisait sur des plans détaillés voués à être suivis à la lettre, la méthode agile défend l’idée que le changement est bénéfique, dans la mesure où il donne de la valeur ajoutée aux projets.

Les principes de la méthode agile ont pour but de mettre en place une culture ouverte aux changements inattendus et centrée autour des clients, de leurs comportements et de leurs besoins, ainsi qu’autour des objectifs et potentiels de l’entreprise.

Ces 12 principes sont les suivants:

  • Satisfaire le client en livrant rapidement et régulièrement des logiciels de haute qualité ;
  • Accueillir positivement les changements de besoins, même tard dans l’avancement du projet ;
  • Livrer fréquemment un logiciel fonctionnel (toutes les semaines plutôt que tous les mois) ;
  • Mettre en place une coopération quotidienne entre les clients et les développeurs ;
  • Construire les projets avec des personnes motivées et faire confiance à ces dernières ;
  • La meilleure forme de communication est le dialogue en face à face (co-location) ;
  • Un logiciel fonctionnel est la meilleure mesure de l’avancement du projet ;
  • Trouver un rythme de développement soutenable capable de se maintenir dans la durée ;
  • Prêter une attention constante à l’excellence technique et à la qualité du design ;
  • La simplicité est l’art de minimiser la quantité de travail inutile ;
  • Les meilleures architectures, spécifications et designs sont le fruit d’équipes auto-organisées ;
  • L’équipe réfléchit aux manières de devenir plus efficace et s’adapte en conséquence.

Quel est le mode de fonctionnement de la méthode agile ? Processus, caractéristiques et avantages.

La méthode agile en action: 10 minutes pour tout comprendre 1

La méthode agile découpe les projets en plus petits incréments en se servant du framework Scrum, afin d’obtenir des cycles de tâches nommées itérations, dont la durée optimale est de 2 semaines.

Avant de se mettre au travail, le client et le chef de projet doivent établir une liste de « récits utilisateurs » ou « objectifs », qui sont des éléments cruciaux dans le développement du projet, ainsi qu’estimer le temps nécessaire pour le mener à bien et donner la priorité aux tâches courtes selon leur degré d’importance et d’urgence.

Une fois ces tâches validées, elles sont traitées via Kanban jusqu’à ce qu’elles soient complétées, vérifiées et éliminées pour laisser la place à d’autres. On considère qu’un projet agile est finalisé lorsqu’il ne reste aucun incrément à livrer.

1. Cycle d’incrémentation de deux semaines : la marge de flexibilité pour un processus de développement correspond à un cycle d’incrémentation de deux semaines.

2. Méthode de vérification : il s’agit d’une vérification rapide point par point, immédiatement suivie de corrections.

3. Framework Scrum : Élimination des activités superflues. La meilleure méthode à l’heure actuelle est basée sur le framework Scrum.

La méthode agile transforme les phases du développement traditionnel de logiciels, telles que l’analyse, le design, l’encodage et les tests, en une série d’activités en continu qui coexistent tout au long du développement du projet.

Ce type d’architecture évolutive permet aux Agilistes de maintenir la rentabilité en un minimum de temps, tout en restant flexibles et en adaptant le projet au fur et à mesure de son avancement.

De plus, la méthode permet aux Agilistes d’éviter les écueils, puisqu’elle repose sur un feedback client constant.

4. Adaptation aux risques : l’agilité encourage la flexibilité et tend à s’adapter aux changements, peu importe le moment auquel ils interviennent dans le projet.

5. Pragmatisme maximal : pour les Agilistes, la meilleure manière d’évaluer un projet est de développer un logiciel qui répondra en un temps minimum aux attentes du client.

6. Documentation minimale : les tâches de taille plus importante sont découpées en plus petites étapes et en recourant à une documentation minimale.

La méthode agile s’appuie sur un projet basique conçu et développé au fil du temps en petits incréments, plutôt qu’une tâche accomplie d’une traite.

7. Approche collective : cette approche du travail collaboratif fonctionne de manière optimale avec une équipe de 10-12 développeurs travaillant en co-location.

Elle est basée sur une communication en face à face, puisque les équipes travaillent souvent dans le même espace. Ceci a pour effet de réduire le temps perdu sur des appels téléphoniques, des échanges d’e-mails, etc. Afin de maximiser leur efficacité, chaque équipe est dotée d’un représentant client, c’est à dire l’équivalent du propriétaire du produit dans une configuration Scrum.

8. Diversité des membres de l’équipe : une équipe agile est constituée de plusieurs types de professionnels : chefs de projets, designers UX, développeurs, analystes commerciaux, analystes du contrôle de qualité, etc. Une fois réunis, ces rôles s’entremêlent, puisque l’expertise de chacun contribue à l’excellence de l’équipe.

La recherche a prouvé que la méthode agile contribue à un cycle de vie soutenu et de plus courte durée qui produit des résultats spectaculaires. Non seulement offre-t-elle une meilleure approche du travail, mais elle fait également gagner du temps et améliore l’équité à travers son approche linéaire du processus.

Agilité vs. modèle en cascade : quelle méthode pour votre entreprise?

Contrairement à la gestion de projet agile, dont l’approche est itérative et incrémentale, le modèle en cascade, également connu sous le nom de modèle de cycle de vie linéaire et séquentiel, fonctionne sous la forme de séquences, puisque l’équipe doit avoir terminé une étape pour entamer la suivante. Cette méthode est également nommée approche par planification, puisqu’elle reste focalisée sur un plan unique.

1. Présence du client : là où l’agilité suppose une participation active du client à toutes les étapes, le modèle en cascade ne le fait intervenir qu’au moment de la finalisation de chaque étape.

2. Marge de manœuvre : en ce qui concerne la portée du projet, la méthode agile se distingue du modèle en cascade par le fait qu’elle tient compte des changements et adapte son cadre à ceux-ci, que ce soit en termes de temps, de budget et même d’objectifs. Elle œuvre à l’intérieur d’un cadre délimité et pas au-delà. À l’inverse, le modèle en cascade est sensible aux changements et fonctionne mieux lorsque les restrictions contractuelles ou autres critères de ce type limitent la marge de manœuvre.

3. Priorisation : la méthode agile accorde des niveaux de priorité différents aux objectifs dans le but de finaliser les plus importants en amont. Elle s’attache à compléter en priorité les étapes nécessaires afin de limiter les risques d’échec.

En revanche, le modèle en cascade est une approche du tout ou rien, dans la mesure où il est basé sur la négociation. Il s’accommode mal des modifications, sauf si celles-ci sont précisées dans le contrat, ce qui a pour effet de réduire la flexibilité et d’augmenter les risques d’échec, notamment dans un environnement instable, peu fiable ou ambigu.

4. Organisation du travail : l’agilité repose sur la collaboration, les réunions quotidiennes et la communication directe, tandis que le modèle en cascade fait usage des rôles classiques, qui sont ensuite mis en commun par l’intermédiaire de coordinateurs de projet.

5. Financement : il s’agit de l’aspect le plus important pour les entreprises qui souhaitent changer d’approche. La méthode agile fonctionne sur le principe du financement souple de chaque étape au fur et à mesure de la finalisation. Ce principe est avantageux pour le client, qui a la possibilité d’annuler, de mettre en attente ou de procéder au paiement à chaque étape. À l’inverse, le modèle en cascade dépend d’un financement fixe.

6. Alors, quelle est la meilleure méthode ? Maintenant que nous avons abordé les avantages et inconvénients des méthodes agiles et en cascade, votre choix dépendra de votre philosophie d’entreprise et de votre manière de procéder.

Si votre objectif est par exemple la construction d’un pont ou d’une infrastructure, il sera sans doute plus judicieux d’opter pour le modèle en cascade, dans la mesure où il vous faudra définir un projet en amont avec le client et vous y tenir. Dans un tel cas de figure, il vous sera techniquement impossible de faire marche arrière, ce qui sera donc incompatible avec la méthode agile.

Les développeurs et le management plébiscitent la méthode agile, vectrice de meilleures performances

La méthode agile est désormais la norme dans le secteur du développement de logiciels. En effet, la recherche montre que plus de 85% des développeurs utilisent la méthode agile, tandis qu’à peine plus de 15% optent pour le modèle en cascade.

De surcroît, selon le cabinet d’études PWC, les projets fondés sur l’agilité ont un taux de réussite de 28% supérieur aux projets traditionnels. L’adoption de cette méthode s’explique par plusieurs facteurs : livraison plus rapide des logiciels (74% des sondés), amélioration du moral d’équipe (34%) et réduction des risques liés au projet (28%).

La méthode agile est utilisée à la fois dans le domaine du développement de logiciels, qui est celui pour lequel le manifeste a été créé, et dans le domaine du management. Les principes de cette approche ont été si largement utilisés qu’ils ont fini par s’étendre au secteur du marketing sous la forme du « marketing agile », qui utilise la collecte et l’analyse de données pour identifier les opportunités et y apporter des solutions en temps réel. Ce genre d’organisation du travail permet aux professionnels du marketing de fournir des idées faciles à évaluer et à tester.

À l’échelle mondiale, des entreprises comme Apple, Nokia, Ericsson ou Intel font usage de l’agilité dans leur développement, leur gestion de projets et leur marketing afin de promouvoir l’innovation, la créativité, la flexibilité et la collaboration.

Deux cas d’étude réels : développement de logiciels et marketing

Commençons par un cas d’étude analysé par Mercado et al. en 2018, dans lequel une entreprise de développement de logiciels basée à Mexico a adopté une approche agile de ses solutions de Business Intelligence (BI) dans le secteur du design et du développement de ses entrepôts de données.

Après avoir comparé les 3 méthodes différentes détaillées ci-dessous, l’entreprise a finalement décidé d’adopter la troisième, ce qui s’est avéré être un choix judicieux.

L’approche agile se focalise sur les besoins de l’utilisateur et peut donc facilement s’adapter aux changements. En parallèle, des réunions sont organisées entre tout les membres de l’équipe (les parties prenantes, utilisateurs de la BI, développeurs ETL, analystes commerciaux, entre autres) afin de mettre en commun les informations requises lors des diverses étapes du projet, ce qui améliore la communication et le travail collaboratif.

Ainsi, la mise en place de l’agilité a permis d’améliorer la compréhension qu’ont toutes les parties prenantes du nouveau système BI, de résoudre les problèmes quotidiens soulevés par les utilisateurs et d’impacter positivement les étapes de la chaîne de valeurs de l’entreprise.

La méthode agile en action: 10 minutes pour tout comprendre 2

Deuxième cas d’étude : celui de Netflix. Le service de streaming est en train de tourner à son avantage la méthode agile en termes de création de contenus, de gestion de la relation client et de marketing. Peut-être pourrez-vous vous en inspirer :

1. Netflix ne produit pas d’épisodes pilotes. Au lieu de perdre un temps et des ressources considérables à produire un épisode dont le succès n’est pas garanti, Netflix s’appuie sur la collecte et l’analyse de données pour prédire les habitudes des utilisateurs, augmenter les taux de réussite et créer des programmes qui généreront une fréquentation maximale.

2. Netflix prend constamment en compte le feedback clients. Ainsi, la plateforme est constamment consciente du positionnement de ses utilisateurs et peut s’adapter en temps réel pour que tout le monde soit gagnant.

3. Netflix est diffusable sur 900 interfaces différentes, ce qui signifie que l’entreprise maîtrise parfaitement l’usage des tests en navigateurs croisés en fonction des demandes des consommateurs.

4. Netflix privilégie les sorties fréquentes et régulières. La plateforme crée du contenu qu’elle diffuse en cycles plus courts, comme le préconise la méthode agile de gestion de projets.

5. Netflix fonctionne sur la base d’objectifs agiles détaillés qui prennent en compte chaque spectateur, en créant du contenu, des recommandations et analyses personnalisées basées sur l’historique de navigation et le parcours du client.

Réflexions supplémentaires et défis à venir pour les amateurs de la méthode agile

La recherche indique que 76% des entreprises verront leur chiffre d’affaires augmenter en 2020, particulièrement celles qui utilisent la méthode agile. En général, l’une des raisons pour lesquelles les entreprises se retrouvent en difficulté est tout simplement leur approche du processus de base (Williams, 2010). Ceci peut servir de piste pour toutes celles qui ont l’intention de survivre dans un monde où chaque entreprise est rapidement affectée par des changements massifs et complexes. De fait, il est de plus en plus difficile de trouver une méthode plus ingénieuse et versatile que l’agilité (Steven Denning, Forbes).

Malgré ses quelques défauts, comme par exemple l’exigence d’un niveau d’investissement élevé de la part de chaque membre de l’équipe tout comme des commanditaires, ou une documentation moins détaillée afin de faciliter l’avancée du projet par la validation de chaque étape, la méthode agile représente néanmoins une révolution technologique qui s’améliore encore à ce jour.

La bonne nouvelle, c’est que les avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) permettront à cette approche d’avoir encore plus d’applications.

On peut donc prédire que le processus agile deviendra encore plus fluide, puisque les tâches traditionnelles seront davantage automatisées et que les équipes de travail seront plus réduites, ce qui aura pour conséquence d’améliorer la communication et l’efficacité (Williams, 2010).

Références

Abrahamsson P. Salo, O. Ronkainen, J. & Warsta, J. (2017). Agile software development methods: Review and analysis. arXiv preprint arXiv:1709.08439.

Mercado K. E. Perez, C. B. Lopez-Arredondo, L. P. Caro, K. Castro, L. A. & Rodriguez, L. F. (2018). Agile Dimensional Model for a Data Warehouse Implementation in a Software Developer Company. Research in Computing Science, 147, 27-34.

Williams L. (2010). Agile software development methodologies and practices. In Advances in Computers (Vol. 80, pp. 1-44). Elsevier.

Contactez-nous

Contactez Hapticmedia dès maintenant pour découvrir nos études de cas et les avantages dont ont bénéficié nos clients.

TOP